Friday, June 24, 2022 15:45:00

Rs 25.00

News

« Aret Bril Kann » : la campagne réussie de Terra

Initiée en mai 2021, l’opération « Arret Bril Kann » est lancée dans le but de diminuer le nombre d’incendies qui ravagent les champs de canne. Presque un an plus tard, les résultats parlent d’eux-mêmes : si, en 2020, la superficie brûlée équivalait à 1 054,88 hectares, elle descend en 2021 à 121,45 hectares. Une réussite sur laquelle reviennent Jean-Marc Jauffret, Agricultural Manager de Terragri Ltd, et Yovani Assirvaden, Chief Security Office de Terragri Ltd.

La campagne « Arret Bril Kann », menée par Blast Communication en collaboration avec Terra, la Mauritius Police Force, la Mauritius Cane Institute Authority et le Mauritius Fire & Rescue Service, naît d’un constat alarmant : en 2020, 127 incendies ont rasé plus d’un millier d’hectares chez Terra. « Ces incendies ont plusieurs répercussions », explique Jean-Marc Jauffret. De nombreux champs déjà fertilisés ou comprenant des jeunes pousses partent en fumée, forçant les équipes de Terra à intervenir pour sauver ce qui peut encore l’être. « Cela nous donne, au final, une estimation faussée de la quantité de canne à récolter pour la campagne car nous nous retrouvons à couper des cannes trop jeunes, et donc pauvres en poids et en sucre », poursuit Jean-Marc.

Les incendies intempestifs ont aussi un impact sur les repousses pour les campagnes suivantes. « Les jeunes tiges ont du mal à démarrer, faute d’irrigation, alors que l’on observe une prolifération de mauvaises herbes, faute de paille », dit Jean-Marc. D’autres aspects de la production sont, eux aussi, touchés : la paille brûlée ne peut être récupérée pour être envoyée à Terragen comme biomasse, y affectant donc la production d’énergie renouvelable. « Au-delà de la production, c’est aussi la sécurité des villages bordant nos champs qui est en jeu », renchérit Yovani.

Une campagne à échelle nationale et une organisation renforcée

Le plan d’action est donc posé et la campagne s’établit en plusieurs volets. Mise en place de panneaux publicitaires à des endroits stratégiques, interventions sur les chaînes de télévision nationale et à la radio, ou encore posts sur les réseaux sociaux : le travail de sensibilisation s’effectue en profondeur. « Nous avons aussi mis l’emphase sur la conscientisation des villageois et des petits planteurs en leur expliquant les dégâts causés par les incendies incontrôlés », souligne Yovani.

D’un point de vue sécurité, c’est une nouvelle organisation qui se met en place. Des patrouilles de police s’effectuent jour et nuit alors qu’une stratégie de ravitaillement en eau s’installe avec les pompiers, qui ne peuvent pas intervenir directement dans les champs. « Nous avons, de notre côté, réorganisé nos équipes de sécurité pour une surveillance constante », explique Yovani. Trois citernes, l’une de 21 000 L et les deux autres de 10 000 L, sont mises à disposition des équipes qui effectuent des permanences sur le site. En plus des patrouilles internes, des agents sont postés jour et nuit sur le view point de Maison Blanche pour superviser les champs et des équipes de garde sont désignées pour intervenir avec des véhicules spéciaux.

« Aret Bril Kann » : un bilan positif

« Notre point fort a été la rapidité d’intervention de nos équipes. L’effort, la communication, la compréhension et la sensibilisation de tout un chacun ont aussi contribué au succès de cette campagne », affirme Yovani.

Avec 933,43 hectares brûlés en moins, Terra ne compte pas se reposer sur ses lauriers. « Nous souhaiterions atteindre une superficie brûlée inférieure en 2022. Nous mettrons les bouchées doubles pour relancer une campagne consciencieuse, établir des contrôles stricts dans nos champs et intervenir rapidement pour limiter les dégâts », conclut Jean-Marc.

Une année 2022 pleine de promesses !

Share to Facebook Share to Linkedin Share to Twitter More...